Le vélo

J10_DSC00259

Petit point sur le vélo.

J02_DSC00145

Et tentative de définition : l’arme ultime pour cruiser confortablement, lourdement chargé, sur de longues distances, à la force des jambes, sur tous types de terrains.

J03_DSC00149

Sur 14 jours de déplacements sur routes et chemins défoncés, avec de la pluie, de la boue, de la neige, des cailloux, le bestiau n’a pas bronché. Il est juste très solide. Avec ça, on fonce pleine balle sur un chemin de terre avec 25 kilos de bagages.

J13_DSC00297

J03_DSC00153

Avant le départ, suis allé voir le réparateur de vélos, tout inquiet. Je pensais qu’il y avait du jeu dans la direction. La réponse : tout est normal. C’est le travail de la fourche, le travail de l’acier. Le cadre se déforme sous les chocs et reprend la forme. Cela combiné avec des pneus bien larges et ça fait un vélo tout suspendu! Ultra confortable. Si ça tape un peu trop, dégonfler un peu les pneus et ça re-devient du velours.

J03_DSC00157

La selle est également ultra confortable. Un peu dure au début, elle s’est faite au bout de trois semaines à la forme du cul, un peu comme un jean. Confortable à un tel point qu’on a l’impression de s’asseoir sur un bon canapé quand on remonte sur le vélo après 70 bornes.

J06_DSC00202

Les bagages s’accrochent en un click, sont étanches (les wasa restent des wasa après les pires pluies), et s’illuminent sous un phare de bagnole. Et elles contiennent presque trop que ca reste raisonnable.

J08_DSC00214

L’éclairage fonctionne avec une dynamo intégrée au moyeu avant. La dynamo alimente également ou un GPS ou un téléphone. Un matin suis parti avec 1% de charge sur le GPS. Une bonne descente et j’étais à 7%. Puis 100% à midi. Ça charge à partir de 12 km/h.

J08_DSC00218

Le dérailleur reste la pièce maîtresse. C’est 18 vitesses dans une boite. Qui dit boite dit pas de poussières, d’eau, d’accrochage dans branches, pas de casse. Il faut juste une goutte d’huile tous les 10000 kilomètres. Pour un tour du monde, prévoir 4 gouttes.

J09_DSC00225

Jusque là rien d’exceptionnel. Les vélib parisiens ont aussi une boite de vitesses. C’est répandu car demande 0 maintenance contrairement à un dérailleur. Mais le tour de force de cette boite est d’avoir réussi à rendre les 18 vitesses progressives. Bonjour la planche à dessin avec toutes les contraintes mécaniques que cela suppose.

J09_DSC00226

L’enchaînement des 18 vitesses dessine une droite parfaite. La vitesse 1 est faite pour grimper au clocher des cathédrales, même avec des tonnes de bagages. La vitesse 18 permet de relancer à 40 kilomètres heure en descente. Une plage d’utilisation avec palmiers, sable fin et sex on the beach. Donc chargé comme un baudet, quel que soit le dénivelé rencontre, j’arrive a rester à 130 bpm.

J09_DSC00228

Le rapport parfait existe et il est simple à trouver. Mouliner, ne jamais passer en force, faire preuve de patience.

J09_DSC00243

J09_DSC00246

Publicités

5 réflexions sur “Le vélo

    • Dans les grandes lignes :

      – tente msr elixir
      – matelas auto-gonflant thermarest
      – oreiller auto-gonflant
      – sac a viande en soie
      – sac de couchage north face 3 saisons
      – de la paracord
      – un set de cuisine

      Concernant les vetements : la formule magique des trois couches pres du corps genre damart puis chaud puis kway pour le vent et la pluie.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s